JIR LE 7 février 2011 Indicities, Indices, Indicios

Jeudi 10 février 2011 // La presse en parle

Littératures de l’océan Indien à la loupe

Ouvrage collectif réunissant le fruit d’une recherche plurilinguistique sur les « hybridations problématiques » dans les littératures de cette région du monde, le pavé intitulé « Indicities, Indices, Indicios » (titre trilingue, anglais, français et portugais) ne se lit certes pas d’un trait comme un roman mais réunit tout ce qu’il faut savoir aujourd’hui sur un sujet dont le nom résonne depuis le XIXe siècle dans le contexte biologique et racial de l’époque postcoloniale. « Hybridation » ou croisement, mélange, métissage. Un mot qui dans les discours académiques et politiques célébrant le multiculturel, celui de la créolisation par exemple, suscite contradictions et interrogations. « Le mot renvoie ainsi aussi bien à l’instabilité, à l’incertitude et à la mobilité associées aux identités postmodernes qu’aux processus culturels de globalisation dont elle serait devenue la clé conceptuelle. Si cette hybridation met au premier plan des aspects positifs (ouverture à l’autre ou dialogue interculturel) elle le fait au prix de bien d’autres occultations (intensification des inégalités économiques et sociales ou abandon des individus à eux-mêmes face au processus imparable de privatisation des états) », explique dans sa préface Mar Garcia, qui a présidé à cette publication réunissant les textes présentés à l’Université autonome de Barcelone en avril 2009 lors du premier colloque international de LITPOST (Groupe de chercheurs en littératures et autres arts postcoloniaux et émergents) dont il assure la direction. L’ouvrage dissèque les littératures mauricienne, mozambicaine, réunionnaise et leurs liens avec l’écriture antillaise, notamment la « Poétique de la relation » d’Edouard Glissant dont on vient d’apprendre à regret le décès. * « Indicities, Indices, Indicios » aux éditions K’A

Répondre à cet article