Point d’orgue N°5

Mardi 14 juin 2011 // Point d’orgue (revue)

Point d’orgue n° 5 : "Zalor", France, éd. K’A, Janvier-Juin 2011, 106 p. ISSN : 2102-0205 / ISBN : 978-2-910791-86-5

Promié zour oktob 2009 : lo moune lé par paké pou fèt lo maloya, « zarlor tout demoun si la tèr ». In lané la pokor koulé, lo promié zour out 2010, lé lo tour bann « piton, sirk èk ranpar », kèr vèr La Rényon, pou nir patrimwane lumanité lo komité l’UNESCO. Pouzis- torézon, lé dé la pa vréman lo minm trin : inn i mèt an lèr in manièr tourné lé vivan (fason zoué é dans lo maloya) ; lot i mèt anlèr tou sak i viv par anndan la foré (piéd’bwa, zanimo, zwazo, èkt.). Mésoman-sa, malgré lé pa lo minm kalité zafèr i gingn lo létikèt l’UNESCO, lé dé i fé bat’ la lang...
Aprè shak kou, domoune la féstoyé, keseswa dann ron kabar, su podiom ou bien an sobatkoz la port gran rouvèr. Mé vit fé bien fé, lo lanbians la tourné an lo sukré : si o promié koud’ zié lo zafèr lé konm kidiré korèk, kan i argard a lu bien, lu lé mal fagoté, mal kalkulé. Ozust, kosa i ve dir pou do vré lo létikèt l’UNESCO ? Kèl zafèr na par dèrièr ? Domoune la travay pou fé pèt an flèr lo patrimwane la gingn zot kontantman ? An gro, kosa i lé lo somin « patrimwane mondial lumanité » ?
Si zordi na in bon pé domoune pou fé antann lé valab, na osi in bon pé domoune pou di lé pa sitan- tèlman dos. Bann maloyèr, parézanp, i di pou zot la pa ankor shanz gran shoz... Par koté lo Park Nasional la port lo dosié « piton, sirk èk ranpar », na osi dé-trwa moune pou kri zot mékontanman. Lo 27 févrié 2011, René Robert, lo boug lé prézanté konm lo « papa » lo dosié, la désot baro son travay. Poukwé ? Dann zournal péï (lo JIR), lu la di koma ke bann koléktivité lapazouéloze:zotlamètanplaslobanndosiékonm ki fo, mésoman-sa, zot la pa poz a zot lo késtion pou lo lapré : astèr, lé fé, mé kosa i fo fé pou kontinué mèt an lèr lo bann zarlor péï ? Kank lo késtion lé pozé, lu di ke lo silans i grond...
Anndan zot nouvo numéro Point d’orgue nou la pa voulu fé bat’ lo zèl dann vid, mé nou la niabou trouv in manièr pou poz bann késtion : kosa i spas pou bann zouar péï, pou sat i zoué maloya, mé osi pou lé zot (G. Samson) ? Kosa i spas pou lo kèr vèr La Rényon, kosa i pouré - ou i pouré pa - arivé konm shanzman (C. Maunier) ? Mé té falé pa rès arienk anndan La Rényon, é pou pous lo zafèr in pé pli lwin, nora ankor in késtionman su lo posibilité mèt anlèr bann zil la Frans i rès antousélaz par anndan loséan Linn (A. Oraison).
Ala poukwé numéro-la i port lo non bann zar ranpli lor pirat té i kashèt sou la tèr : lo patrimwan, sa minm lo zarlor in sosiété. Ala son listwar, ala son mémwar. Na défwa, lo listwar lé osi mal konu, é lo zar lor i kas an loubli. Pou pa sa i ariv, fo fé zankèt, fo rakonté (S. Dodat). Na osi défwa, lo zar lor lé grafiné : bann mové galé i kongn su lu... konm lo mékonésans son langaz, kank i gingn ni ékrir, ni lir (M. Latchou- manin).
Anpluske-sa, pou pa rès arienk anndan lo ron la sians, lo bouké-kozé lé fagoté èk bann zène dalon i kontinué mèt an lèr zot patrimwane : Mikael Kourto èk Tiloun parézanp. Mé osi Fred Theys èk Jean-Noël Enilorac, dé lamontrèr, shakinn son fason, i rann an limaz La Rényon zordi, sonm son fonnkozaz an lor doré.

Fr. Le 1er octobre 2009, le « maloya », musique et danse traditionnelle réunionnaise est inscrit au patrimoine mondial de l’humanité. Dix mois plus tard, le 1er août 2010, c’est au tour des « Pitons, cirques et remparts de l’île de La Réunion » d’être inscrits à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Dans le premier cas, il s’agit d’un patrimoine imma- tériel, dans le second d’un patrimoine naturel. Les enjeux et les perspectives de cette inscription ne sont bien évidemment pas les mêmes pour le maloya que pour les pitons, cirques et remparts de l’île puisque, pour l’un, il s’agit de la mise en lumière de pratiques vivantes et de savoir-faire, alors que pour l’autre il s’agit de la valorisation d’un bien matériel, géologique. Toutefois, dans les deux cas, suite à l’ins- cription sur la liste officielle de l’UNESCO, ont suivi de vifs débats : d’abord des liesses populaires (kabar, scènes ouvertes, conférences, etc.), puis des périodes de questionnement et de doutes... Qu’implique cette inscription, tant pour ceux qui font vivre un art que pour ceux qui habitent un espace désormais protégé ? Quelles sont les répercussions possibles, mais surtout quelles sont les contraintes liées à ce label international ?
A ce jour, bon nombre de questions sont restées sans réponses. Et si, en « off », dans les ronds de maloya on prétend n’avoir rien vu changer, du côté du parc national et de ses scientifiques, moins d’un an après l’inscription, les cris de désespoirs commencent à se faire entendre... Le 27 février 2011, René Robert, qualifié de « père » du dossier UNESCO pour La Réunion, faisait savoir qu’il démissionnait et quittait ses fonctions (JIR). Pourquoi ? Parce qu’il déplore le fait que les institutions n’aient pas jouées le jeu. En somme, à la question « que faire après », il n’y aurait pas de réponse...
Ce numéro de Point d’orgue propose donc de faire le point sur le suivi de ces dossiers : qu’en est-il aujourd’hui pour le maloya et les acteurs musicaux de l’île (G. Samson) ? Quels sont les enjeux - et les risques - du label obtenu pour le patrimoine naturel de l’île (C. Maunier) ? Et pour pousser plus en avant la lecture, quelles pourraient être les perspectives d’un tel label pour des territoires français de l’océan Indien, les « îles Éparses » (A. Oraison) ?
C’est tout naturellement qu’a été choisi le nom de ce numéro : « zarlor » qui, en créole, signifie mot- à-mot une jarre d’or, telles que celles que cachaient les premiers pirates qui ont écumés les eaux de l’océan Indien... Le trésor de l’île est son patrimoine, que celui-ci soit matériel ou immatériel. Or, il n’est de patrimoine sans histoire(s), souvent trop méconnues (S. Dodat). Il n’est non plus de patrimoine qui ne soit en danger, du fait de problèmes majeurs qui rongent les sociétés, et l’illétrisme en est un particulièrement alarmant (M. Latchoumanin).
Voici donc un numéro riche encore de rencontres avec ceux qui, aujourd’hui, continuent à faire vivre nos trésors : Mikael Kourto et Tiloun, poètes et musiciens, seront deux exemples qui sauront vous convaincre, aux côtés de Fred Theys et Jean-Noël Enilorac, illustrateurs généreux de ces pages.

Répondre à cet article