Cahier de Critique Poétique CCP mars 2016

Même vos ..... je les publie

Mercredi 6 avril 2016, par André Robèr // La presse en parle

http://cahiercritiquedepoesie.fr/ccp-31-5/2e-biennale-internationale-de-poesie-visuelle-ille-sur-tet-france

2e Biennale internationale de poésie visuelle, Ille sur Têt, France

PAR SÉBASTIEN GOFFINET

Demandant à ce que l’éditeur, comme il est d’usage, me fasse parvenir un service de presse (SP) du livre dont, sur ma demande, il m’incombait de rédiger une note de lecture pour le présent numéro, le secrétariat de réaction de CCP a reçu cette réponse qu’il m’a transmise :

De : K’A
Date : Wed, 18 Nov 2015 18:59:12 +0100
À : ccp
Objet : Re : 2e Biennale internationale de poésie visuelle Ille dur Têt
France ; demande de SP + couverture (sans bandeau)

Merci de cette attention
Mais pas de service de presse pour le CIPM compte tenue de nos relations

André Robèr
Directeur

Ma première réaction releva de l’instinct : non pour reprocher aux éditions K’A de ne pas respecter l’usage, mais plutôt parce qu’André Robèr m’inféode au cipM, comme si, pour écrire dans CCP, il fallait absolument se soumettre à la ligne – si tant est qu’il y en ait une – défendue par le cipM. C’est d’une part me faire injure que de me prendre pour un sicaire, d’autre part montrer qu’on me méconnaît et qu’on ne m’a sans doute pas lu avant de me juger.
Ma seconde réaction toutefois se trouva davantage réfléchie et il m’apparut que s’il ne s’agissait pas de stupides querelles de personnes ou de clochers, le geste semblait fort, de ceux qu’on voit parfois en politique non politicienne, qui consiste à refuser de faire cause commune, celle-ci appelée sous prétexte d’un plus petit dénominateur commun (sauver la « poésie », sauver la « gauche »), pour ne pas trahir un principe fondamental bien supérieur à ces leurres.
Deux remarques cependant.
1 – Une telle posture intransigeante exige intégrité et cohérence : pourquoi alors continuer à donner à lire, sur le site des éditions K’A, l’article laudatif de Nadine Agostini sur André Robèr paru dans CCP 30-3 et mis en ligne sur ce site à l’automne 2015 ?
2 – Ou alors il s’agit de mesquinerie et il m’y plaît d’abonder : « compte tenu » s’écrit sans « e » à « tenu ».

En plus des cours dortograf sur un courriel faut le faire. Et connerie s’écrit
coneri ? Conneri ? Conner ? Je sais plus

En prime la lettre que j’ai signée avens un E Oui ou non docteur ?
Julien Blaine
Le moulin de Ventabren 131 aire des Bonfils F. 13122 Ventabren
julien.blaine@free.fr
http://www.documentsdartistes.org/blaine

Ventabren, le 31 mars 2016.

Sauvons le cipM !
Quand on considère les graves problèmes qui se posent aujourd’hui, quand on est conscient de l’état éthique, social, économique et artistique de notre pays, cette lettre ouverte peut paraître dérisoire. Mais la poésie n’est pas qu’un art du présent, elle se conjugue aussi et surtout au futur.

Il nous semble urgent, – nous, les auteurs, performeurs, éditeurs, lecteurs, amateurs de poésie, d’art et de culture, de Marseille et d’ailleurs – d’alerter l’opinion publique et les collectivités sur la situation dans laquelle se trouve le centre international de Poésie.

Le cipM est un outil et une structure culturelle unique en France, en Europe et dans le monde.

Depuis quelques années, la direction du cipM, peu soucieuse de développer son public, répète de vieilles formules, déconnectant la poésie du monde contemporain. Et plus grave encore, elle a pris le contrôle de l’association en plaçant des amis d’enfance ou de longue date au sein du bureau, et en « anesthésiant » le Conseil d’administration, qui n’est plus là que pour suivre et entériner des décisions déjà prises. Pas de transparence dans l’attribution des résidences, aucun débat sur la programmation, sur les orientations, etc.

La direction du cipM, au lieu de réunir les diverses tendances de la poésie comme à l’origine, et de mettre la poésie en relation avec les autres arts et disciplines, s’est plus attachée à des stratégies de pouvoir qu’à l’exercice de sa mission. Elle a fait en sorte de cliver et d’évincer une partie non négligeable d’éditeurs, de poètes, d’amateurs et de curieux.
Le manque d’innovation, la répétition des mêmes recettes, l’invitation des mêmes individus, des partenariats ponctuels, une multiplication d’événements sans qualité, sans travail de communication ni de médiation affaiblit cette institution précieuse. Le cipM ne remplit plus sa mission centrale, celle de diffuser une poésie vivante connectée au monde contemporain auprès d’un large public.

De nombreuses personnes de Marseille et d’ailleurs, qu’elles soient auteurs, éditeurs, élus ou professionnels du monde de la culture et des arts, partagent notre opinion. Il y a urgence, urgence à redonner de la vitalité à cette structure exceptionnelle que les Marseillais ont la chance et le bonheur d’avoir en leur ville.

Tout cela nous conduit à demander un renouvellement de la direction et la tenue d’une réunion extraordinaire du Conseil d’administration afin que soient repensés en profondeur la gouvernance, la stratégie, le projet et les ambitions du cipM.

La poésie est plus que jamais nécessaire en ces périodes barbares ! Sauvons le cipM, renouvelons le cipM !

Christian Poitevin (Julien Blaine), ancien adjoint à la culture de la ville de Marseille, revuiste, poète,
et tous ces poètes et auteurs qui sont non seulement poètes et auteurs mais fondateurs ou animateurs de festivals, de revues, d’éditions et de manifestations de poésie :

Nadine Agostini,
Édith Azam,
Nanni Balestrini,
François Bladier,
Jean-Pierre Bobillot,
Didier Bourda,
Julien Boutonnier,
Hervé Brunaux,
Arno Calleja,
Didier Calleja,
Xavier de Casabianca,
Laurent Cauwet,
Dominique Cerf,
Claude Chambard,
Isabelle Cohen,
Sylvain Courtoux,
David Christoffel,
Jacques Darras,
Franck Delorieux,
Henri Deluy,
Ma Desheng,
Charles Dreyfus,
Sylvie Durbec,
André Gache,
Joëlle Gardes,
Xavier Girard,
Liliane Giraudon,
Jean-Marie Gleize,
F. Guétat-Liviani,
Christophe Hanna,

Max Horde,
Joël Hubaut,
Jean Kehayan,
A. Labelle-Rojoux,
Jean-Jacques Lebel,
G.-Georges Lemaire,
Francis Livon,
Christophe Manon,
Marina Mars,
Marie-Hélène Marsan,
Béatrice Mauri,
Jean-François Meyer,
Yvan Mignot,
Katalin Molnar,
Hervé Nahon,
Bernard Noël,
Jean-Pierre Ostende,
Florence Pazzottu,
Charles Pennequin,
Claire Poulain,
François Poulain,
Nathalie Quintane,
Thierry Rat,
Tita Reut,
Cécile Richard,
Jean Ristat,
André Robèr,
Hélène Sanguinetti,
Éric Segovia,
Pierre Soletti,
Pierre Tilman,
Daniel Van de Velde,
Jean-Jacques Viton,

Répondre à cet article