La femme qui a des ouïes et autres récits de la tradition orale malgache

Anthologie établie et préfacée par Bernard Terramorsi

Vendredi 13 novembre 2009, par André Robèr // Kont

ISBN2-910791-51-3
EAN 9782910791513
Collection : Kont
Auteur : Bernard Terramorsi
Prix : 18 € 2007

I fo ékout le kont malgash. Son motif lé souvan lorižine in konportman in lèspès vivan (animal oubien véžétal) sinonsa la transgrésion in lintèrdi (fady). Louvraž-la i apèl konmsa minm akoz la sirèn lé in pèrsonaž i artrouv alï souvandéfoi dan bann kroiyans é rési loral malgash. Sa in fãm sïrnatïrèl k’i arèt dann fon la mèr oubien la ravine é lï kit tanzantan son landroi pou rès ansanm domoun.

Ala la konpilasion bann rëshèrsh trèz lïnivèrsitèr é zot travay lékip i kouvèr plïziër réžion é kozé malgash (tandroy, sakalava, tanosy, bara, masikoro, betsiléo). An prëmié zot la ékout le kontër an malgash, aprésa zot la ékri le kont an fransé. In zarlor le patrimoine malgash !

Pou lë karant rési loralité malgash liv-la, lété réïni ansanm Sylvia Hanitra Andriamampiana, Robert Jaovelo-Dzao, Jean-Pierre Mamonjy, Barthélémy Manjakahery, Magali Marson, Thomas Mouzard, Natacha Raharisoa Manana-Terramorsi, Georges Rakotondraibe, Jobily Rakotoson, Georges Razafimamonjy, Clément Sambo é Bernard Terramorsi.

Le corpus de cette anthologie est exemplaire de l’hétérogénéité de la tradition orale de la Grande Île. Ces récits issus du tanindrazana (la terre des ancêtres) ont des formes et des visées diverses : contes étiologiques et animaliers, légendes historiques, mythes de fondation, témoignages extraordinaires … Ces histoires ont aussi des origines ethnolinguistiques différentes, puisqu’elles ont été transcrites puis traduites en français des dialectes antandroy, antaimoro, antakarana, bara, betsileo, masikoro, sakalava, tanosy, vezo.

La « réalité » est souvent décevante, les méprisants et les médisants, les malfaiteurs pavanent comme assurés de l’impunité. Le règlement des contes vient combler notre désir inassouvi de justice et de bonheur. Face à un « monde réel » devenue hostile à force d’incohérences et d’exclusions, ces récits sont des outils de démystification, ils ouvrent sur une nouvelle socialité, une harmonie retrouvée basée sur le mérite et le fihavanana (la confraternité, la solidarité).

Le motif de ces contes et légendes est souvent l’origine d’un comportement ou d’une espèce vivante, la transgression d’un fady (tabou) légué par les ancêtres, notre bonne mémoire. Des conflits et des malheurs ont eu lieu in illo tempore, on pourrait s’en préserver en écoutant bien ces récits. Voici des histoires racontées de mémoire, par cœur.

Répondre à cet article